Kaitawa est un JDR en ligne ou vous incarnez un personnage doté de pouvoirs magiques uniques completements loufoques.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Anaël Fusilhalley, (le plus jeune promu Majordome)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anaël Fusihalley
´´•.¸ NIVEAU 2¸.•´´
avatar

Masculin Nombre de messages : 55
Age du Perso : 19 ans
Pouvoir : Gêné, toutes les personnes à portée se retrouvent en sous-vêtement.
Particularité : Maniaque de la propreté, rêveur, pudique et TRES coincé (Jeune Majordorme, au service des Mc Farland).
Date d'inscription : 06/01/2007

MessageSujet: Anaël Fusilhalley, (le plus jeune promu Majordome)   Lun 10 Aoû - 23:25

Nom : Fusihalley

Prénoms : Anaël, Pierre, Edouard (Peter, Edward)

Sexe : Masculin (du moins, c'était encore le cas lorsqu'il s'est habillé ce matin. Oui, ce garçon ne se ballade pas dans la rue tout nu. Enfin, pas à moins d'y être forcé.)

Age : Il vient tout juste (Là ! Maintenant, à la seconde qui vient de s'enfuir sournoisement !) d'avoir 19 ans.

Description physique : Le petit Anaël a grandi, pendant la rénovation de la Tour... Eh-eh-eh.

Anaël mesure un bon mètre soixante-dix-huit. Pas grand, mais pas petit non plus. C'est selon lui, juste la bonne hauteur pour ne pas faire de l'ombre aux personnes qu'il sert, sans être ridicule. Il n'est pas costaud, mais pas anorexique. Ni trop musclé, en somme, parfaitement dans la norme.
Même si sa relative jeunesse, son air particulièrement ahuri voir coincé, sa pudeur avérée et sa grande naïveté, ses tics méticuleux et son côté hypocondriaque, pourrait en rendre perplexe plus d'un.

Anaël (plus souvent appelé "Peter" par ses employeurs) est toujours d'une mise impeccable. Costume sombre, veste à queue de pie, nœud papillon et chemise blanche. Le tout couronné d'une épaisse tignasse blonde, dont il a - pour son plus grand malheur - bien du mal à discipliner.

Un visage plutôt délicat, plutôt tendre, qui se rapprocherait de l'angelot... dont on aimerait taaaant pincer les joues pour les rosir joyeusement, au grand damne de son propriétaire. Ou pire encore. Pour ce sexe qu'on estime « faible » sans en connaître les réelles capacités destructrices, Anaël est une proie. Et une proie de choix. Un ingénu à initier et pervertir.
Ce jeune blond n'aspirant qu'au calme et à la tranquillité, vivre et mourir comme son grand-père avant lui. N'imaginant pas une autre vie, ni qu'il soit possible qu'on puisse décemment en vouloir à sa vertu. Pensant que les douces nymphes que sont les femmes, ne peuvent être autre chose que des créatures innocentes et fragiles à protéger... qui jamais ne se comporteraient mal. Bien évidemment.

D'un regard bleu rêveur, empli de tendresse et d'idéaux, il ne peut pas imaginer que la réelle nature des êtres... soient différentes.

Et puis, il y a deux sorte d'Anaël. Le Majordome, et le jeune homme.
Le majordome est intouchable, imperméable, impassible. D'une patience infinie, il résistera à n'importe quelle avarie, puisqu'il s'agit de son métier. Mais si on va au travers, et qu'on tente de voir l'homme en lui... C'est une toute autre histoire.
Car Fusihalley n'a aucune espèce d'expérience, il n'a que le cocon d'une vie cloitrée dans les valeurs d'un vieillard idéaliste quoi qu'un peu puritain, son service en tant que valet, et sa scolarité bien protégée. Il ne sait rien des réels rapports humains, au-delà de la courtoisie et du travail bien fait.




Histoire :

Quelques années auparavant...

Souvent, dans la rue, les gens s'attardaient sur son passage, admirant son port altier, ses attitudes fines et pleines de grâce quand... il ouvrait la portière du noble qu'il servait. Car voilà, l'esclavagisme n'existait déjà plus, qu'on lui avait trouvé un nouveau nom: valet de pied.
Comme s'il eut fallu qu'on s'occupe particulièrement d'une seule partie de l'anatomie. Et pourquoi pas "Valet de cheveux"? Ou bien "Valet de lèvres" (celui ci devait être un sacré chaud-lapin!)? Ou encore, valet de c..
Bref.
On est jamais content de son destin.

Ses magnifiques manières, il les tenait de son grand-père, groom avant lui, qui de tout temps servi la noblesse arrogante, car voilà ce qu'étaient les Fusihalley! De modestes serviteurs, des maîtres d'hôtel sous-payés en uniformes. De père en fils.
Ce qui, pour l'heure, convenait tout à fait à notre jeune héros, qui caressait tendrement en secret, le rêve de devenir... Le meilleur et plus jeune majordome du MONDE (mais si l'on commençait juste par le pays, il s'en contenterait pour l'instant).

Malheureusement, Anaël était doté de plusieurs handicaps prêts à semer de sérieuses embûches dans son ascension vers l'Everest du luxe de l'hôtellerie.
Et s'il avait commencé le métier très jeune, au côté de son grand-père, s'il croyait que ce serait presque « facile », que l'hérédité jouerait... Anaël se leurrait.

Le jeune homme, était tellement coincé, que la vue de la moindre fille, ou d'un regard un peu appuyé le faisait rougir, tant, qu'il conserva longtemps une teinte rosies aux joues, ranimant son visage terne d'un peu d'excentricité. Et c'était un problème majeur dans sa pénible et courte existence. Car les jeunes filles qui l'entouraient, se doutaient bien de ses malaises, et étant (pour son plus grand désespoir) au goût de certaines (on folâtre avec l'écuyer, cependant on ne l'épouse pas)...

L'une d'entre elle fut un jour tellement furibonde, qu'il se retrouva plaqué contre le mur d'une mansarde. Le serviteur bredouillant et brûlant de toute sa honte apeurée, se demandait bien ce qui lui arrivait là, et la jeune fille -de bonne famille et de 3 ans son aîné,- de vouloir l'embrasser (en attendant d'avantage) d'un sourire mielleux!
Et c'est alors que...

L'adolescent tremblant de tous ses membres se rendit compte... que plus rien ne couvrait son agresseur, offerte aux regards, qui, ahurie, avait suspendu gestes et intentions. Ne comprenant absolument pas, comment elle s'était retrouvée en sous-vêtements (...si vite) !

Effarée (Anaël l'était encore plus), la gourgandine poussa un cri strident et surpris. Attirant à cet « appel », tous les convives de cette douce après midi, qui rappliquèrent en trombe, découvrant la jeune fille en petite tenue, enlacée dans les bras du jeune valet, choqué et rouge de honte.

Et quand, la mère courroucée et la dame de maison intervinrent, toutes les personnes qui s'en approchèrent, perdirent parures et vêtements, pour le (presque) plus simple appareil, sous les hoquets affolés des spectateurs estomaqués par cette scène non-censurée !

Sans plus chercher à comprendre le pourquoi du comment, le jeune homme qui succédait à son grand-père, se voyait renvoyer sans sommité, à 15 ans. Ce qui failli couter la vie à l'aïeul qui l'avait élevé. Mais tous deux firent face, et refusant de se laisser abattre face à ses traîtres employeurs, cherchèrent le meilleur moyen de concrétiser leur rêve et le destin d'Anaël, en étant, cette fois, en position de choisir qui : il devrait servir.
Et ils réussirent. John Fusihalley avait, en bon régisseur, mis de côté ses économies et pu régler la note de la meilleure Académie de Majordome du Monde. Son petit-fils réussissant avec brio les épreuves du laisser-entrée, pour s'expatrier bien (trop) loin de sa patrie originelle... A Amsterdam.

Trois ans et demi après, grâce à la formation qu'il avait acquise depuis l'enfance et son acharnement, il devenait major de l'école, et le plus jeune majordome jamais promu ! Même s'il eut à déplorer la perte de son grand-père, au cour de cette formation. Le confortant dans sa décision et dans son désir de choisir son avenir, et la nouvelle famille dans laquelle il évoluerait. Puisqu'après tout, dans ses rêves idéalisés, le majordome devenait un peu, l'un de ses membres.

Il avait été, tout au long de sa scolarité, protégé des sévices de l'autre sexe qui lui avait tant couté (l'école étant à majorité masculine), et s'il avait tiré leçons des expériences précédentes, il avait encore fort à craindre et ne s'en doutait nullement, prenant bien soin d'oublier certains incidents.... Mais si on tâche de mettre côté les vieilles rengaines... Elles nous reviennent toujours en pleine tête, au plus mauvais moment.

A sa sortie d'école, Anaël était littéralement débordé. Il avait d'ors et déjà été courtisé par de nombreuses familles potentielles, tout au long de sa dernière année, et il ne s'était toujours pas décidé sur celle qu'il devait investir.

Il ne voulait plus de Maîtres pédants et imbus de leur manière, Fusihalley rêvait à des patrons qui auraient l'exacte valeur de l' argent, ce qui en coutait. Du genre à ne pas martyriser leurs employés, à être chaleureux mais pas mou. Toujours juste. Dur, quand il le faudrait.
Voilà son idéal. Peu lui importait de servir un célibataire endurci, si celui-ci avait un bon fond. Peu lui importait qu'il y ait une ribambelle d'enfants, difficiles ou non, s'il y avait de l'amour à profusion.
Anaël ne voulait pas être qu'un outil, mais un réel compagnon de vie, qui aidait à la rendre meilleure.

Mais pour l'heure... Un tel trésor, se mériterait ! Il faudrait compter les heures en sueurs et ça, il le savait. Le trop jeune majordome manquait cruellement d'expérience en relation humaines, il lui fallait d'abord « se faire la main », pour apprendre à reconnaître les imperfections de chacun, peut-être réussir à les aider réellement, avant de partir... vers une nouvelle « mission » ?
Faire son « Joséphine, le majordome-gardien ».
Cette idée étonnante l'avait foudroyé sur place quand il avait rencontré les Mc Farland, qui s'étaient eux-même déplacés pour le convaincre.

La dame ne cessait de se tordre nerveusement les mains, de pousser de petits « Ha mais oui! » strident, quand elle n'affichait pas une moue consternée, quoi qu'un peu perdu. Le Maître lui, semblait avoir de la poigne et un regard un peu triste, quand il regardait sa femme.
Fusihalley s'était renseigné sur eux, une fortune faîte par leur labeur, ils avaient une fille et une riche propriété aux abords de Londres.
Londres, c'était un peu comme un roman, pour commencer, non ? Et il paraissait vraiment avoir besoin de ses services... D'autant que le cachet n'était pas des plus inintéressant pour ce jeune diplômé encore novice.

L'engagement fut signé, mais Anaël insista pour qu'il n'excéda pas 6 mois (c'était le temps qu'il se donnait pour réorganiser cette famille et se faire un nom, une réputation avant de trouver mieux), les Mc Farland, pourtant dur en affaires, acceptèrent. En rajoutant une prime considérable et des promesses avantageuses, ne serait-ce que s'il tenait les six mois.
Peut-être qu'Anaël aurait du tiqué, à cette dernière ligne... sur le contrat.


Au bout de deux semaines, il avait déjà des envies indignes de sa condition. Fusihalley pourtant, ne céda pas, même lorsqu'il découvrit l'étendu de la tâche. La maîtresse de maison était désorganisée au possible, tout était à faire. Le Maître lui, fuyait au possible toute responsabilité, quant à leur enfant... C'était apparemment le véritable objet de son recrutement.
Il avait d'abord refusé, préférant rompre leurs accords, Anaël n'était pas précepteur et n'avait qu'à peine trois ans de plus que sa protégée, c'était bien trop peu pour une pareille déchainée !
Mais les Mc Farland supplièrent, et rajoutèrent encore une belle somme qui permettrait au jeune majordome de pouvoir réaliser ses souhaits les plus inconsidérés...

Alors, Anaël accepta, et le regretta un peu plus chaque jour, mettant cette expérience sur le compte d'un futur atout pour sa famille idéale. Bien souvent ébranlé par les réactions non conventionnelle de Miss Roberta, qui ne cessait de le provoquer, de le déranger dans son travail, ou de s'insinuer dans sa vie privé...
Ce qui le mit fort mal à l'aise. Et...

Les vieilles rengaines vous savez ? Comme ces chansons stupides qu'il avait en tête, pourtant, sans les connaître, les singeant sans le vouloir.

Elle s'était infiltré dans ses appartements, dans SA chambre, elle n'en avait pas le droit.
Pour lui voler encore ses vêtements (ce qu'il ne supportait pas), Anaël avait failli se mettre en colère, perdre son impassibilité coutumière et...
Mais la jeune fille l'avait tout à fait cerné, elle avait du sentir qu'elle n'arriverait pas à toucher le majordome, mais peut-être à ébranler l'homme.

Et … (enfin!)
Ce qui devait arriver... arriva.

Mais étrangement, Roberta ne cria pas. Non, elle fit pire : elle se mit à enquêter.
Une enquête dont elle-seule connaissait les tenants et aboutissants, ou la cohérence (qui, il faut le dire, échappaient totalement à Anaël). Continuant à provoquer des situations de crises où elle mettait mal à l'aise le jeune-homme, au-delà du majordome que rien ne saurait perturbé. Sans être toutefois dérangée de se balader régulièrement en sous-vêtement devant la victime de ses « enquêtes ».

C'est lors d'une de ses multiples fugues où Anaël la suivait pour lui éviter de pires mésaventures, que les hommes en noirs lui sautèrent littéralement dessus, embarquant sa protégée dans le même sac.
Il va sans dire, qu'à sa sortie, Roberta était en sous-vêtements.





Pouvoir :

Lorsque vous êtres très anxieux, l'on vous conseille bien souvent, d'imaginer les personnes que vous allez affrontez... en sous-vêtements.
... Pour Anaël, ce conseil s'avérait le pire des cauchemars.
Car, lorsqu'il était particulièrement gêné ou mal à l'aise... Les personnes l'entourant... Voyaient leur vêtements disparaître les laissant... en petite tenue !
Pour le plus grand malaise de notre Majordome qui rougissait de plus bel et faisait de son mieux pour ne pas tourner de l'œil.

Les vêtements ne se désintègrent pas non plus, ils disparaissent simplement... et se retrouvent dans les affaires d'Anaël (dans la tour, ce sera sûrement son placard, dans ou dessous son lit, là où Fusilhalley serait susceptible de poser ses affaires).

Il va de soi, que le premier surpris à récupérer... Corsets, collants, chaussettes, T-shirt, pantalons et robes... est notre majordome.

Il s'arrangera toujours pour les rendre, nettoyés et propres. Bien repassé et pliés. En guise d'excuse.


Objets :
- Un vieille photo abimée qu'il garde toujours dans sa poche de veston, côté coeur. C'est son grand-père et lui, en grandes « tenues ».
- Une serviette (petite mais toujours à portée, histoire de couvrir les victimes de sa malédiction).
- Une boite remplie de thé de diverses saveurs.
- Du cirage de chaussure.
- Des sels pour l'évanouissement.


Comment avez vous connu ce forum? PIOU ! Houhouuuuuhou ! *imite le revenant*


Dernière édition par Anaël Fusihalley le Mar 11 Aoû - 17:49, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://onirie.forumsactifs.net/portal.htm
Rin Arks
´´•.¸ NIVEAU 1¸.•´´
avatar

Féminin Nombre de messages : 32
Age du Perso : 19 ans
Pouvoir : ss cheveux poussent de 5 centimetres quand elle soupire
Date d'inscription : 19/05/2007

MessageSujet: Re: Anaël Fusilhalley, (le plus jeune promu Majordome)   Mar 11 Aoû - 2:22

Finalement, je veux plus rp avec toi... J'ai déjà subi le déshabillage sauvage de Morty une fois, je retenterai pas avec toi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anaël Fusihalley
´´•.¸ NIVEAU 2¸.•´´
avatar

Masculin Nombre de messages : 55
Age du Perso : 19 ans
Pouvoir : Gêné, toutes les personnes à portée se retrouvent en sous-vêtement.
Particularité : Maniaque de la propreté, rêveur, pudique et TRES coincé (Jeune Majordorme, au service des Mc Farland).
Date d'inscription : 06/01/2007

MessageSujet: Re: Anaël Fusilhalley, (le plus jeune promu Majordome)   Mar 11 Aoû - 17:47

Sûre ?

Je repasse les vêtements impeccablement pourtant. Et je maîtrise même les ciseaux, eh-eh.

Roooh, moi qui suis si innocent ? flower


[édit] Petite précision sur le pouvoir et le devenir des vêtements.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://onirie.forumsactifs.net/portal.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Anaël Fusilhalley, (le plus jeune promu Majordome)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Anaël Fusilhalley, (le plus jeune promu Majordome)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jeune artiste kidnappé , blessé par balle et laissé pour mort à Cité Soleil
» Technique du Jeune Jack
» Que pensez-vous de cette intervention de Levaillant Louis Jeune au Nouvelliste
» Mort d'un jeune journaliste/Adieu Bien-Cher, adieu mon ami
» Les rouge vs les bleu :Un jeune est assassiné à Montréal.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kaitawa :: Le Fonctionnement du Jeu :: Présentations-
Sauter vers: